dimanche 29 octobre 2017

Un ours nommé Paddington

Auteur : Michael Bond
Editions : Michel Lafon
Genre : Jeunesse
Date de sortie : mars 2015
Nombre de pages : 144

Quatrième de couverture
Un chapeau bizarre, une étiquette autour du cou… Mais qui est cette drôle de boule de poils ? C’est Paddington ! Ce petit ours qui arrive du fin fond du Pérou est bien décidé à commencer une nouvelle vie en Angleterre. Et pour la famille Brown qui le recueille, les choses ordinaires deviennent soudain exceptionnelles quand Paddington s’en mêle !
Mon avis

Je connaissais le film sans l’avoir jamais vu ni lu le livre, et à la mort de Michael Bond, je me suis davantage intéressée à cet ours venu du Pérou.

Ce livre raconte le début des aventures de Paddington à son arrivée en Angleterre dans sa famille d’accueil mais son auteur Michael Bond a fait beaucoup d’autres histoires à son propos.

Je m’en doutais un peu mais sa lecture me l’a confirmé, c’est une histoire très enfantine. Déjà, personne ne semble étonné de croiser un ours qui parle et se déplace comme un humain… simplement le fait qu’il se trouve dans une gare, cela ne choque personne. Passer ce stade, on se rend compte que ce petit ourson qui prend rapidement le nom d’une gare, n’a pas vraiment de chance dans le sens où il est un peu maladroit et où il se retrouve toujours dans des situations compliquées. C’est exactement le genre d’histoires que je détestais étant petite et dont je ne suis pas très fan encore aujourd’hui. Mais pourtant, ce livre se dévore parce qu’on se prend très vite d’affection pour Paddington. Malgré sa maladresse, c’est un personnage qui prône de très bonnes valeurs dont la première et la meilleure se trouve être la bonté.


J’ai bien aimé ces premières aventures de Paddington dans un pays étranger. Je lirais sûrement ses histoires à mes enfants plus tard.


🐻


Titre original : Paddington
Réalisation : Paul King
Genre : Comédie, Animation
Année : 2014
Durée : 1h35

Mon analyse


Bien que je n’ai lu que le premier livre des aventures de l’Ours Paddington, je suis quasiment certaine que le film est adapté de plusieurs histoires en plus de celle-ci, de ce fait, la comparaison ne tiendra que sur ce que j’ai pu lire et qui, sur toute l’adaptation, ne se résume qu’à peu de choses.

Dans un premier temps, je tiens à dire que j’adore l’aspect qu’ils ont décidé de donner à l’ours Paddington, il est mignon tout en ayant un petit côté sauvage et maladroit. De plus, je suis fan de la voix de Guillaume Gallienne en tant que celle de notre petit héros, elle est très apaisante.

La différence majeure entre le livre et son adaptation se situe au niveau des personnages. Pour commencer, la famille Brown ne veut pas garder le jeune ours mais l’aider à trouver une autre maison et une autre famille parce que tous ses membres ne se considèrent pas comme une bonne maison. On en apprend d’ailleurs beaucoup plus sur chacun d’entre eux (leur comportement et leur caractère) par rapport au livre, ce qui fait qu’ils paraissent moins abstraits, moins personnages d’histoires pour enfants et plus humains. Séparément, le père est BEAUCOUP plus réticent à l’idée de devoir garder un ours chez lui, au point qu’il appelle son assurance pour savoir quoi faire. La mère : tout le monde considère que c’est de sa faute si un ours maladroit fait désormais partie de leur vie. La petite fille Judy est devenue une adolescente qui trouve Paddington très embarrassant et il n’y a que le petit garçon Jonathan qui n’a pas changé comparé au livre. Quant à Mrs Bird, elle n’est plus une gouvernante mais une parente éloignée de la famille.

Notre héros Paddington lui-même apporte tout ce que la famille avait besoin, c’est-à-dire le besoin de se redécouvrir en tant que famille et partager plein de bons moments ensemble. La scène où Paddington récupère le manteau familial montre que la famille est vraiment réunie. Son chapeau est très important puisque le jeune ourson l’obtient après la disparition d’un être cher et lui permet d’en connaître davantage sur l’histoire de celui qu’il les a découvert au Pérou. D’ailleurs, comparé au livre, on en apprend bien plus sur les origines de Paddington pendant sa vie au Pérou. En arrivant en Angleterre, on découvre un ours qui est beaucoup à la recherche de lui-même (c’est aussi en cela que le film est moins enfantin que le livre).

Je déteste les méchants dans les films avec des animaux, de ce fait, Nicole Kidman en méchante taxidermiste n’y échappe pas… c’est limite la partie de l’histoire que j’ai envie de zapper. Je ne supportais déjà pas de regarder ces parties dans Beethoven ou encore dans les 101 Dalmatiens quand j’étais petite. Dans ce cas-ci, je ne sais pas si elle est présente dans les livres de Michael Bond.


Je l’ai beaucoup aimé ce petit film. En le visionnant, j’ai vraiment eu l’impression de regarder un film de Noël et j’ai adoré !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire