lundi 24 juillet 2017

To the Bone

Titre original : To the Bone
Réalisation : Marti Noxon
Genre : Drame
Année : 2017
Durée : 1h47

Synopsis

Ellen, 20 ans, atteinte d’anorexie mentale, entreprend sous la houlette d’un médecin peu conventionnel un voyage poignant mais parfois drôle à la découverte d’elle-même.
(Netflix)

Mon analyse

En voyant ce film sur Netflix, j’étais un peu hésitante parce que le sujet est compliqué et que j'avais peur que ce soit trop dur à regarder, dans le sens de voir des gens se faire vomir… Mais cela n’a pas été le cas, c’était bien plus que l’image que l’on porte sur la maladie.

Keanu Reeves (Speed, Matrix) et Lily Collins (Blanche-Neige) ont fini de me convaincre de le regarder. D’ailleurs, Lily Collins nous livre une performance incroyable ! Tout le long du film, je me suis demandée s’il s’agissait de son vrai corps.

On est tous un peu désorienté par cette maladie où prime non pas la minceur mais la maigreur. Ce sont des personnes qui ne soient pas telles qu’elles sont, c’est-à-dire déjà très maigre, mais cherchent à tout prix à perdre toujours plus de poids et à ne prendre aucun gramme. Elles deviennent facilement squelettiques. C’est quelque chose que l’on a dû mal à comprendre (et le sujet est d’ailleurs abordé dans le film) à savoir qu’il suffirait tout simplement qu’elles mangent. Mais c’est un état psychologique complexe. Pour le personnage principal Ellen, elle n’entre pas dans la catégorie des anorexiques qui se font vomir ou qui prennent des médicaments laxatifs mais dans celles qui font du sport et sont tout le temps en mouvement pour que le corps ne prenne pas le temps d’assimiler la nourriture mais la perdent rapidement.

Outre toute cette partie que l’on comprend à travers des scènes parfois difficiles, le film se concentre davantage sur les sentiments et les émotions des personnages que sur la maladie. Toutefois, on n’entre pas vraiment en profondeur du vécu de chacun (on ne connaît ni leur passé ni leur expérience personnelle) mais cela ne gêne en rien et on ne reste pas sur notre faim en terme de questionnement. Pour une fois, même si plein de questions sont restées sans réponses, on n’en sort pas déçu.

En ce qui concerne le personnage d’Ellen, je trouve qu’elle garde un calme souverain face à toute sa situation et aux comportements de son entourage. En se sentant responsable, elle tolère que tout le monde la « malmène » et manque de tact envers elle. Seule sa sœur est vraiment vraie et ne cherche pas à se montrer plus ou moins sympa, elle veut simplement être franche et que sa sœur aille mieux ou, plus exactement, reste en vie. Toute sa famille se renvoie la balle pour savoir qui est responsable de l’anorexie d’Ellen alors que la jeune fille ne le fait pas. Au final, on est triste pour tout le monde. Quand sa mère accepte qu’elle meurt (qu'elle lui donne, en quelque sorte, son autorisation), c’est une étape très importante qui bouleverse Ellen et lui fait tenter le tout pour le tout, et à partir du moment où elle comprend qu’elle est en vie, elle va tout faire pour s’en sortir. Contrairement à certains, je ne suis pas du tout déçue par cette fin, on n’en apprend pas trop mais on sent qu’Ellen a parcouru toutes ces épreuves pour aboutir à une décision définitive. Enfin, c’est ce que moi je ressens…


Je sors vraiment chamboulée de ce film, déjà parce que l’histoire n’est pas simple, l’anorexie n’est pas toujours un sujet facile à aborder, et parce que les acteurs, et surtout Lily Collins, nous ont offert une très belle performance, tout en tendresse et en émotions. Ce film poignant est un grand coup de cœur !


« Si tu meurs… je te tue. »

✸ 

 « - Que quelqu’un me dise pourquoi on est ici. 
- Parce qu’on est en vie. 
- Excellent. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire