vendredi 21 juillet 2017

Her

Titre original : Her
Réalisation : Spike Jonze
Genre : Comédie dramatique, Science-Fiction
Année : 2013
Durée : 2h06

Synopsis

Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l'acquisition d'un programme informatique ultramoderne, capable de s'adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de 'Samantha', une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…
(Allociné)

Mon analyse


Je découvre seulement ce film maintenant sur Arte après en avoir beaucoup entendu parler à sa sortie. Le sujet étant assez unique ; un homme qui tombe amoureux d'un système d'exploitation, ce n'est pas commun.

Dans ce film, on retrouve le talentueux Joaquin Phoenix (que j’ai adoré dans Le Village de M. Night Shyamalan et L’homme irrationnel de Woody Allen) et la sublime voix de Scarlett Johansson. D’ailleurs, j'ai bien ri en lisant un commentaire qui disait à peu près : « C'est le meilleur rôle de Scarlett Johansson alors qu'on ne la voit pas ». Parce qu’il est vrai que c’est un très beau rôle, très touchant.

L’histoire de ce film a lieu dans un futur proche où la technologie a fait un bon phénoménal et où le contrôle vocal prime sur tout le reste. Le métier de notre héros Théodore est de « rédiger » des lettres pour les autres, « rédiger » avec des guillemets dans le sens où il les prononce à haute voix et elles s’écrivent toutes seules à l’écran. Rien que cela, c’est tout simplement génial ! Théodore est un personnage à l’écoute des autres et son métier lui apporte un caractère sensible. A la base, c’est déjà un homme très touchant qui, suite à une rupture douloureuse, ne parvient plus à s’engager avec personne. Grâce au système d’exploitation « Samantha », il réapprend à aimer et à s’ouvrir aux autres dont sa meilleure amie avec qui il partage une très belle relation parce qu’ils ne se portent aucun jugement l’un envers l’autre. D’ailleurs, mise à part Catherine, l’ex de Théodore, (sûrement par jalousie et amertume), aucune personne de son entourage ne le juge sur quoi que ce soit et il ne se cache pas de sortir avec Samantha.

Ça m’a fait rire de retrouver Chris Pratt, notre Gardien de la Galaxie dans ce film, tout guindé par sa chemise et son pantalon un peu ringard. Avec Théodore et toute l’entreprise d’écriture de lettres, ils représentent le côté rétro du monde et la nostalgie d’une époque où les lettres étaient à la mode. En ce qui concerne le personnage de Samantha, il est très particulier. En effet, en développant une conscience, elle commence aussi à posséder tous les petits défauts des humains dont celui de la jalousie et de la possession. Et je me disais bien qu’elle ne pouvait pas être le système d’exploitation que d’une seule personne. De plus, ce petit côté « ordinateur » me rappelle le film de Luc Besson Lucy, peut-être le réalisateur a-t-il choisi Scarlett Johansson après avoir vu ce film…


Ce film m'a complètement plongé dans un monde de sensibilités et de poésie où on en ressort avec beaucoup de tristesse et beaucoup d'amour. C'était encore plus fort de le regarder en VOSTFR (Voix Originale Sous-Titrée Français). J’ai été vraiment conquise, c’est un très beau film et un vrai coup de cœur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire