mercredi 26 juillet 2017

En solitaire

Titre original : En solitaire
Réalisation : Christophe Offenstein
Genre : Drame, Aventure
Année : 2013
Durée : 1h33

Synopsis

Yann Kermadec voit son rêve se réaliser quand il remplace au pied levé, son ami Franck Drevil, au départ du Vendée Globe, le tour du monde à la voile en solitaire. Habité par une farouche volonté de gagner, alors qu'il est en pleine course, la découverte à son bord d'un jeune passager va tout remettre en cause.
(Allociné)

Mon analyse

Je n’étais pas particulièrement emballée par ce film à cause du thème : une course en mer, ce n’est pas mon sujet de prédilection. Mais quand il est passé à la télévision, je l’ai quand même regardé pour François Cluzet et surtout pour Guillaume Canet (😍), et je n’ai pas été déçue (enfin sauf à la fin mais ça, on en reparlera).

Le réalisateur Christophe Offenstein a été le Directeur de la Photographie pour pratiquement tous les films de Guillaume Canet alors on est vraiment content de les retrouver ensemble pour sa deuxième réalisation.

Même si tout un film sur un homme en mer pourrait paraître très ennuyeux, En solitaire nous offre des scènes remplies de tendresse, de gueulantes (sinon ce ne serait pas François Cluzet et sa fameuse manière de s’énerver), d’action et d’émotions. Yann Kermadec et Mano tissent une très belle relation au fil des longues journées de la course ainsi qu’une réelle complicité. On est vite embarqué et on veut connaître la suite de cette complicité après la course en mer. Toutefois, c’est à ce moment qu’apparaît la plus grosse déception du film : la fin. Tout au long de leur voyage, je m’imaginais déjà Mano adopté par Yann et qui, grâce à lui, trouve une nouvelle famille en France ou peut-être Yann retourne Mano dans son pays… Mais, au final, on ne sait strictement rien. A leur arrivée au port, le film s’arrête. On reste avec plein de questions et un peu frustré

Cette histoire nous montre aussi la condition des migrants qui sont prêt à mettre leur vie en danger pour avoir une vie meilleure et sortir de leur « misère » (quelle qu’elle soit). Ici, le jeune Mano ne sait absolument pas sur quoi il s’est embarqué et qu’il n’est pas prêt d’atteindre les côtes françaises.


Ce film est une bonne surprise, émouvant et riche en sensation. On n’est pas dans un huis clos en mer grâce aux autres personnages à terre qui apportent un autre souffle à l’histoire. François Cluzet nous montre encore une fois qu'il est un acteur polyvalent.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire