dimanche 18 novembre 2018

Le Grand Bain

Titre original : Le Grand Bain
Réalisation : Gilles Lellouche
Genre : Comédie dramatique
Année : 2018
Durée : 1h58

Synopsis

C'est dans les couloirs de leur piscine municipale que Bertrand, Marcus, Simon, Laurent, Thierry et les autres s'entraînent sous l'autorité toute relative de Delphine, ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles. Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusque-là propriété de la gent féminine : la natation synchronisée. Alors, oui c'est une idée plutôt bizarre, mais ce défi leur permettra de trouver un sens à leur vie...

Mon analyse

Guillaume Canet, je t’aime ! (je l’avais déjà dit pour Romain Duris mais encore plus pour mon chouchou Guillaume Canet) (j’ai même fait une photo avec lui) (où je suis archi dégueu dessus). Du coup, dès qu’il y a un film avec cet acteur, je ne peux absolument pas passer à côté. Il faut dire aussi que mes amies ont su me vendre ce film et ont été de très bons conseils. Aller le voir au cinéma me semblait donc évident.

Il y a d’autres personnes que j’aime beaucoup dans ce film comme Philippe Katerine (génial en acteur), Virginie Efira, Leïla Bekhti, Benoît Poelvoorde, Alban Ivanov et d’autres dont je ne suis pas forcément fan à la base (Mathieu Amalric) et d’autres que je découvre totalement (Jean-Hughes Anglade) mais qui sont une véritable révélation pour moi. En plus, avec Gilles Lellouche comme réalisateur, il nous offre un casting qui claque. Je suis sous le charme de ce groupe d’acteurs et j’ai aussi adoré Marina Foïs qui défend coûte que coûte son mari. Le film semble avoir été réalisé avec peu de moyens mais c’est ce qui fait sa force, c’est à l’image de l’état dans lequel se trouvent ses personnages.

On part sur un préjugé de base : les hommes ne peuvent pas faire de la natation synchronisée, c’est normalement réservé aux femmes. Eh bien, ils font bien fermer leur gueule à tout le monde (ouhla, pardon, je m’emballe).

J’ai trouvé que le film était long à démarrer et j’ai eu peur que les vannes qui m’avaient tant plu dans la bande-annonce ne soient justement que dans la bande-annonce mais je vous rassure tout de suite, ce n’est absolument pas le cas. Certes, c’est long au démarrage mais il faut aussi que l’histoire de chaque personnage se mette en place et comme ils ont tous une vie à problèmes, on finit par comprendre pourquoi on ne se marre pas autant qu’on l’espérait.

Tous ces hommes sont en pleine détresse et on se moque gentiment d’eux mais on sent le vrai fond derrière le côté « drôle » parfois. Ce sont des personnes dépressives (n’ayons pas peur des mots) autant les hommes que les femmes qui, dans leur famille, dans leur travail et dans leur vie en général, sont fatiguées de leur existence et leur seul moyen de s’échapper de leur quotidien, c’est de se retrouver tous ensemble pour pratiquer la natation synchronisée. La crédibilité de tous ces acteurs qui pratiquent la natation est maximale, ils progressent au fur et à mesure que leur personnage évolue, ça se ressent et on ne peut que les apprécier davantage pour ça. En ce qui concerne la fin, je ne vous raconte pas comme elle claque (oui, j’aime bien ce terme).

Ce film est un délicieux coup de cœur, pour ses acteurs, pour son humour, pour son humanité. C’est beau, c’est fort, c’est triste et c’est terriblement touchant parce que ce sont des gens que l’on côtoie tous ou qui nous représentent. Ce ne sont pas des stéréotypes de personnages, ils ne sont pas parfaits mais ce sont des êtres humains. J’emploie de « grands » mots mais je vous assure, ce film est une merveille ! Qu’on n’ait pas le moral ou que l’on soit en pleine forme (chacun à sa manière), cette histoire fait beaucoup de bien. Gilles Lellouche nous confirme que le rôle de réalisateur lui va très bien, il sait nous toucher au plus profond du cœur. Un grand merci à lui ! Je vous le conseille FORTEMENT !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire