jeudi 21 juillet 2022

La Longue Nuit

Auteur : David Moitet
Editions :
 Didier Jeunesse
Genre : Jeunesse
Date de sortie : 2022
Nombre de pages : 288

Quatrième de couverture

Mira a un rêve : devenir la première femme enquêtrice du royaume. Mais pour cela, elle doit réussir l'épreuve de la longue nuit, un rite qui permet à chacun de gagner sa place dans la société. l'enjeu est de survivre une nuit entière dans la forêt interdite et de trouver une fleur de Lune... Mira n'est pas au bout de ses surprises, car les secrets de la forêt vont bien au-delà de cette terrible initiation.

Mon avis

La couverture envoûtante a eu raison de moi dès que j'ai posé les yeux dessus. Elle promettait du mystère et un peu de frisson (mais gentillet parce que jeunesse quand même). Et puis, au commencement de la lecture, je découvre une héroïne forte qui ne se laisse pas faire et là, je suis totalement embarquée dans l'histoire.

George Sand, l'indomptée

Autrice : Séverine Vidal
Editions :
 Rageot
Genre : Historique, Jeunesse
Date de sortie : 2022
Nombre de pages : 240

Quatrième de couverture

Quand la jeune Aurore arrive chez sa grand-mère au château de Nohant avec ses parents et son petit frère, elle se sent immédiatement chez elle. Malgré les tensions entre sa grand-mère, Marie-Aurore Dupin de Francueil, et sa mère, fille d'un oiseleur, elle profite de la nature et se lie d'amitié avec les enfants du village voisin. Mais quand son père meurt brutalement d'une chute de cheval, les tensions s'exacerbent entre sa mère et sa grand-mère qui veut assurer son éducation. Aurore doit se construire. Son imagination est vive, elle aime écrire et elle rêve d'indépendance. Comment y accéder ?

L'enfance et l'adolescence d'une autrice qui s'imposa à une époque où les femmes avaient peu de droits.

Mon avis

J'admire George Sand depuis de très nombreuses années maintenant, elle a fait mes joies et mes peines surtout lorsque j'étais à la face puisqu'elle a fait le sujet d'un de mes mémoires de fin d'étude. C'est clairement le titre éponyme qui m'a donné envie de lire ce livre. Mais je dois avouer que les nom et prénom de Séverine Vidal ont aussi pesé dans la balance. Découverte grâce à Soleil glacé, elle m'avait beaucoup touché et c'est un roman dont je garde un excellent souvenir.

mercredi 13 avril 2022

I'm back ! (enfin je l'espère)

"Ecrire sur mon blog me manque !" 
Voilà qu'elle a été ma première pensée pendant une nuit d'insomnie et puis, toutes les questions derrière... Est-ce que ce que ça va toujours intéresser les gens ? Est-ce que je vais tenir la cadence d'avant ? Est-ce que... Est-ce que... 

NON ! Je vais faire ça à mon rythme, selon mes envies et surtout me rappeler l'idée première de ce blog : garder une trace de mes avis et pouvoir échanger avec vous aussi si le coeur vous en dit.

Donc voilà, I'm back ! 😉

mardi 16 février 2021

Les aérostats

Auteure : Amélie Nothomb
Editions :
Albin Michel
Genre : Contemporain
Date de sortie : 2020
Nombre de pages : 175

Quatrième de couverture

"La jeunesse est un talent, il faut des années pour l'acquérir".

Mon avis

Comme chaque année quasiment à la même date, je me plonge dans le Amélie Nothomb de l’année et j’aime beaucoup ce rendez-vous. L’année dernière, Soif nous apprenait les dernières heures de Jésus avant qu’il ne soit crucifié et ce livre portait bien son titre puisque nous éprouvions aussi cette soif omniprésente. Dans Les aérostats, on boit enfin (mais c’est le cas dans tous les romans d’Amélie Nothomb), en l’occurrence du champagne comme elle a coutume de faire boire ses personnages mais je divague sur l’alcool alors qu’il n’en est rien. Toutefois, le cru 2020 était très bon.

jeudi 31 décembre 2020

TAG PKJ - Adieu 2020

 🥂🥂🥂

Me revoilà après un temps infini à écrire, à me remettre en question, à me demander si ce blog sert réellement à quelque chose… si ce que je fais dans la vie en général vaut vraiment quelque chose. Enfin bref, grosse remise en question, héhé ! Je n’ai toujours pas les réponses mais mon blog je l’aime ! Il n’y aura plus autant d’articles qu’avant mais je ne veux pas l’abandonner. J’irai juste à mon rythme !

Bref, me revoilà avec le fameux tag de fin d’année des éditions Pocket Jeunesse et ça fait du bien !

lundi 26 octobre 2020

M, le bord de l'abîme

Auteur : Bernard Minier
Editions :
Pocket
Genre : Thriller
Date de sortie : 2020
Nombre de pages : 640

Quatrième de couverture

Hong Kong. Entre ses rues frénétiques et ses néons insomniaques, la ville dresse ses gratte-ciel. D’immenses aquariums technologiques où se décide le futur de l’humanité. C’est là, dans l’atmosphère poisseuse de l’été tropical, qu’une Française, Moïra, intègre la firme Ming, concentré d’intelligence artificielle censé devancer nos désirs. Mais pour la jeune femme, l’utopie vire au cauchemar. Derrière les murs du centre ultrasecret, des employées sont retrouvées mortes, violées, torturées. Que cherche vraiment l’empire Ming ? Bienvenue chez M… Au bord de l’abîme.

Mon avis

C’est ma maîtresse de CM1 qui m’a offert ce livre et sans l’avoir lu elle-même, m’a dit en avoir entendu beaucoup de bien. J’adore recevoir des livres (qui n’aime pas ça :D) mais venant d’elle, ça m’a fait d’autant plus plaisir. (Je vous raconte ma vie). En plus, je n’avais jamais lu de livres de Bernard Minier dont tout était réuni pour que je me plonge avec plaisir dans ce livre. Malheureusement, tout ne s’est pas passé comme prévu…

dimanche 25 octobre 2020

Ces petits riens qui font une vie

Auteurs : Pierre Antilogus et Jean-Louis Festjens
Editions :
Fleuve
Genre : Contemporain, Feel Good
Date de sortie : 2020
Nombre de pages : 208

Quatrième de couverture

Quand son fils lui a annoncé qu’il allait être grand-père, Jean-Paul a accusé le coup. Il n’était pas prêt, lui le cadre-sup hyperactif, à se retrouver relégué parmi les «papys» quon pousse à la retraite. Pas vraiment prêt non plus à affronter la tonne de non-dits qui depuis des mois lont éloigné de sa femme Louise. Surtout, il n’était pas prêt à faire la connaissance de «lautre» grand-père, François, éditeur agité et brouillon, toujours entre deux projets géniaux, maladroit comme cest pas permis, avec une fâcheuse tendance à se mêler de ce qui ne le regarde pas Les deux nouveaux grands-pères n’ont aucun point commun, si ce n’est ce petit-fils qui vient de naître. Et pourtant leur rencontre, tout comme l’irruption dans leur existence de ce bébé adorable, mais exigeant, vont leur faire peu à peu redécouvrir, au fil d’un récit sensible et hilarant, ces «petits riens» qui changent tout.

Mon avis

Quand je l’ai vu sur NetGalley, je me suis dit que ce serait une lecture détente idéale après des livres plus « compliqués » et ce fut le cas. D’ailleurs, merci beaucoup aux éditions Fleuve et à NetGalley France de m’avoir laissé lire ce livre.

samedi 24 octobre 2020

BOOK HAUL & OTHERS - Septembre 2020


Comme je vous le disais dans le Book Haul & Others d’Août, ma collection d’éditions d’Orgueil et Préjugés avait pris un autre tournant puisque… 5 livres sont venus s’ajouter mais ils sont trop beaux, je les aime alors aucun regret ! Pour le reste, que de belles entrées dans ma PAL !!!

mercredi 30 septembre 2020

Nos résiliences

Auteure : Agnès Martin-Lugand
Editions :
Michel Lafon
Genre : Contemporain
Date de sortie : 2020
Nombre de pages : 336

Quatrième de couverture

« Notre vie avait-elle irrémédiablement basculé ? Ne serait-elle plus jamais comme avant ? Étrange, cette notion d'avant et d'après. Je sentais que nous venions de perdre quelque chose d'essentiel. Aucune projection dans l'avenir. Aucun espoir. Rien. Le vide. Une ombre planait désormais sur notre vie. Et j'avais peur. Mais cette peur, je devais la canaliser, l'étouffer, l'éloigner, je ne pouvais me permettre de me laisser engloutir. »

Un seul instant suffit-il à faire basculer toute une vie ?

Mon avis 

Alooors (annonce-t-il quelque chose de positif ou de négatif ? La suite dans quelques instants :D) Agnès Martin-Lugand, je l’ai découverte avec le superbe Les gens heureux lisent et boivent du café que j’ai aimé immédiatement. Sa suite m’a tout aussi plu, ainsi qu’Entre mes mains le bonheur se faufile. Seulement quand on enchaine trop de ses romans, on sent la patte de l’auteure et on a la sensation que tous ses livres finissent par se ressembler.

La fourmi rouge

Auteure : Emilie Chazerand
Editions :
Sarbacane
Genre : Jeunesse
Date de sortie : 2017
Nombre de pages : 256

Quatrième de couverture

Vania Strudel a 15 ans et:
- un père taxidermiste qui l'emmène au collège à bord de sa "ouafture"
- Une ennemie jurée, qui est aussi la fille la plus populaire du lycée
- Un œil qui part en vrille, et une vie qui prend à peu près la même direction
Bref, son existence est une succession de vacheries.
Mais un soir, elle reçoit un mail anonyme qui lui explique qu'elle n'est pas une banale "fourmi noire" sans ambition.
Elle serait plutôt du genre "fourmi rouge"

Mon avis

Une amie m’avait fortement recommandé ce livre alors quand je l’ai vu à la bibliothèque près de chez moi, je n’ai pas hésité une seconde. Je ne vais pas vous cacher qu’en lisant la quatrième de couverture, j’ai eu peur que ce soit un peu trop jeunesse pour moi mais que nenni ! Ce roman entre directement dans la catégorie des livres pour lesquels j’ai le plus ri.

mardi 29 septembre 2020

La commode aux tiroirs de couleurs

Auteure : Olivia Ruiz
Editions :
JC Lattès
Genre : Contemporain
Date de sortie : 2020
Nombre de pages : 208

Quatrième de couverture

À la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l’intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille. Le temps d’une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, son Abuela, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours.

Mon avis

Quand un chanteur ou un acteur écrit un livre, je dois avouer que j’ai une légère appréhension (c’est mal je sais) mais ils ne me donnent pas particulièrement envie de lire leurs livres (oui je confirme, il ne faut pas se fier aux apparences). Toutefois, pour ce livre d’Olivia Ruiz dont j’étais persuadée qu’il était intitulé La commode de ma grand-mère (et je l’ai dit à tout le monde) il n’a pas eu le même effet sur moi.

Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'Anneau

Auteur : J.R.R. Tolkien
Editions :
Pocket
Genre : Fantasy
Date de sortie : 2011
Nombre de pages : 482

Quatrième de couverture

Une contrée paisible où vivent les Hobbits. Un anneau magique à la puissance infinie. Sauron, son créateur, prêt à dévaster le monde entier pour récupérer son bien. Frodon, jeune Hobbit, détenteur de l’anneau malgré lui. Gandalf le magicien, venu avertir Frodon du danger. Et voilà déjà les Cavaliers Noirs qui approchent…

C’est ainsi que tout commence en Terre du Milieu entre la Comté et Mordor. C’est ainsi que la plus grande légende est née.

Mon avis

[Je ne voulais pas faire une comparaison entre le livre et son film mais, bien malgré moi, j’ai divagué. Tant pis, acceptez-moi telle que je suis :D]

Je ne vais pas vous cacher que me lancer dans ce pavé qu’est l’intégrale du Seigneur des Anneaux m’a d’abord fait peur avant de me remplir d’enthousiasme. Ce n’est pas une lecture simple parce qu’il y a énormément d’éléments de description et surtout de personnages. Au tout début de ce premier tome, Tolkien nous retrace l’histoire des Hobbits et ce serait vous mentir de vous dire que je n’ai pas été perdue dans toute cette partie.