mardi 18 juin 2019

Petit BlaBla #3 : Salon du Livre à Paris (Livre Paris) 2019


(Mieux vaut tard que jamais mais c’est vrai que quatre mois de retard, c’est un peu abusé (je m’auto-juge). Toutefois, l’envie de vous en parler étant plus forte que tout, je vais tenter de démêler mes souvenirs et vous raconter ma première expérience à Livre Paris (enfin pas tout à fait la première mais je vous en reparlerai.)

🕮

vendredi 14 juin 2019

Fark West

Auteur : David Gallais
Editions : 404 Editions
Genre : Science-Fiction, Fantasy
Date de sortie : 2019
Nombre de pages : 320

Résumé
Rubens n’est pas taillé pour la vie sur Fark : trop maigre, trop faible pour ce caillou déserté qui n’abrite que les rebuts de la société. Alors, que vient-il faire sur cette planète malfamée ? Accroché comme un naufragé à sa sacoche, il vient s’associer à Phyne et de son équipe de mercenaires hauts en couleur. Mais quel est le véritable enjeu de sa venue ? Une chose est sûre, Rubens ne sera plus le même après son passage sur Fark ! Embarquez pour une virée spatiale palpitante que vous n’êtes pas prêt d’oublier !
Mon avis

D’abord charmé par sa couverture et son résumé mélangeant Far West et Science-Fiction, je suis encore plus agréablement surprise par son histoire. Je ne m’attendais pas du tout à cela (avant même de commencer, j’avais déjà fait mes spéculations sur le pourquoi du comment) mais j’ai passé un bon moment en compagnie de Rubens, et de Phyne & sa bande.

Gros point positif qui fait la qualité de ce livre : on est toujours en action, tout au long de l’histoire, il n’y a pas de répit et on n’a clairement pas le temps de s’ennuyer (c’est ce que j’apprécie, comme dans Phantom Wheel de Tracy Deebs).

mercredi 12 juin 2019

Bilan Défi PKJ de Mai 2019


Le mois précédent, je vous avais dit que mon score était archi nul, non ?! (19 sur 30) Bon… ben ce mois-ci, c’est méga giga nul alors ! J’ai un score pitoyable de *pas de roulement de tambours* : 18 sur 30… (Tout en sachant qu’en plus, j’ai six lectures en cours qui s’étalent sur plusieurs mois… je ne sais plus comment m’en sortir, ahah !)

vendredi 31 mai 2019

Le Tigre

Auteur : Joël Dicker
Editions : Editions de Fallois
Genre : Nouvelle
Date de sortie : 2019
Nombre de pages : 64

Quatrième de couverture
     Au tout début du XXè siècle, un fait divers singulier défraye la chronique de Saint-Pétersbourg, la capitale de l’Empire russe : un tigre fait régner la terreur dans la lointaine Sibérie. Il décime les troupeaux et massacre les villageois. Rares sont les voyageurs qui échappent à ses assauts.
     Le Tsar promet alors une récompense fabuleuse à qui parviendra à abattre le fauve : le poids du tigre en pièces d’or.
     Les chasseurs de prime affluent vers la Sibérie, mais sans grand succès. L’animal évente leurs pièges et disparaît dans la steppe.
     Jusqu’à ce qu’un jeune Pétersbourgeois, Ivan, décide de se lancer à son tour dans l’aventure. Pour venir à bout du Tigre, il conçoit un stratagème aussi implacable que terrifiant. Mais le piège ne risque-t-il pas de se refermer sur lui ?
Mon avis

C’est une histoire de Joël Dicker (l’auteur de ma vie), je ne pouvais ABSOLUMENT pas passer à côté (arrêterais-je un jour d’être dans l’exagération ? That is the question !) Du coup, je me précipite dessus quand je le vois à la bibliothèque et là, je découvre qu’il y a des dessins… bon, il n’est déjà pas bien gros mais avec des illustrations, c’est encore pire. Cependant, il faut que je le lise, il le faut, il le faut, il le faut eeeet… on ne va pas se mentir, c’est une déception.

La Famille Bélier

Titre original : La Famille Bélier
Réalisation : Eric Lartigau
Genre : Comédie, Musical
Année : 2014
Durée : 1h47

Synopsis

Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.
(Allociné)

Mon analyse

Après un re-revisionnage de La Famille Bélier alors qu’il passait à la télévision, je me suis dit que c’était l’occasion d’en faire un article. J’étais allée le voir à sa sortie au cinéma et je dois dire que c’est toujours un plaisir de le regarder. D’ailleurs, cette année-là (2014), et comme souvent, il me semble que c’était le seul film que j’avais vu dans la sélection des Césars (cette année (2019) mon préféré est Le Grand Bain, une merveille). Louane, plus connue comme chanteuse a bien mérité son César du Meilleur espoir féminin et pourtant, c’était mal embarqué à la base, je vous explique tout juste après.

Dans ce film, la jeune Louane est face à trois poids lourds du cinéma français : Karin Viard (la mère), François Damiens (le père) et Eric Elmosnino (en professeur de chant, fan parfait de Michel Sardou). Ils incarnent à la perfection leur rôle et nous offrent une très belle prestation. On sent qu’ils se sont investis pour interpréter leur rôle respectif. Pour les autres, ce sont des acteurs que, pour ma part, je ne connaissais pas avant ce film et qui m’ont agréablement surprise.

Mygale & La Piel que habito

Auteur : Thierry Jonquet
Editions : Folio
Genre : Thriller
Date de sortie : 2012
Nombre de pages : 160

Quatrième de couverture
Ève ? Qui est-elle ? Qui est Richard Lafargue, l’homme qui la promène à son bras dans les soirées mondaines puis l’enferme à double tour dans une chambre ? Pourquoi ce sourire subtil sur les lèvres de la jeune femme et autant de rage si mal contenue sur les traits creusés de son compagnon ? Pourquoi vivre ensemble si c’est pour se haïr avec tant de passion ? Drôle de couple… Quel incompréhensible passé lie ces deux être hors du commun qui se cachent la plupart du temps derrière les murs de leur villa si tranquille ? Pourquoi les paroles si douces de The Man I love deviennent-elles entre eux l’expression radicale de la haine la plus absolue ?

🕸

TAG PKJ : Les livres dans les livres


Le 23 avril, c’était la journée mondiale du livre et du droit d’auteur, et Pocket Jeunesse nous a préparé un tag spécial livre maiiiiis un mois après me voilà pour y répondre ! Encore une fois, ce n’était pas facile mais ça fait toujours réfléchir ! :D
Une seule règle : ne pas citer deux fois le même livre.

🕮

jeudi 30 mai 2019

La Cité Saturne - Tome 1

Auteure : Hisae Iwaoka
Editions : Kana
Genre : Manga, Seinen
Date de sortie : 2009
Nombre de pages : 192

Quatrième de couverture
Une série de science-fiction poétique et surprenante !
La Terre étant devenue une zone protégée, les hommes vivent désormais dans une cité formant un anneau autour de la planète.

A peine sorti de l’école, Mitsu devient laveur de carreau tout comme l’était son père, disparu mystérieusement. En nettoyant leurs vitres, c’est un peu comme si Mitsu pénétrait dans le petit monde de chaque habitant…
Mon avis

J’ai emprunté les deux premiers tomes à la bibliothèque près de chez moi parce que le côté poétique promis par la quatrième de couverture m’avait bien charmé. De ce côté-là, c’est une petite déception… Bon, en vérité, tout est une petite déception et pourtant, je n’ai pas pu m’empêcher de continuer à le lire, de lire le second tome et d’emprunter par la suite les tomes 3 & 4 par curiosité. Vous voyez, il ne faut jamais s’avouer vaincu.

On fait la connaissance de Mitsu et de son monde. Mitsu semble être un petit garçon mais en réalité, je ne pense pas qu’il en soit un (en tout cas, il en a le physique). Il reprend le même travail qui a coûté la vie de son père, c’est-à-dire laveur de carreau. Déjà parce qu’il n’a pas vraiment le choix, Mitsu reprend aussi ce travail pour apprendre à connaître son père et les circonstances de sa mort.

Brice 3

Titre original : Brice 3
Réalisation : James Huth
Genre : Comédie
Année : 2016
Durée : 1h35

Synopsis

Brice est de retour. Le monde a changé, mais pas lui. Quand son meilleur ami, Marius, l’appelle à l’aide, il part dans une grande aventure à l’autre bout du monde… Les voyages forment la « jaunesse » mais restera-t-il le roi de la casse ?
(Allociné)

Mon analyse

/!\ ATTENTION ARTICLE DÉCOUSU /!\

Avant de regarder ce film sur M6, je me suis demandée : est-ce que j’ai vraiment aimé Brice de Nice au point de vouloir regarder la suite ? La réponse fut non mais la curiosité étant plus forte, je me suis tout de même laissée tenter (ouais je suis une fille comme ça).

On retrouve Brice toujours chez lui à Nice (enfin je crois qu’il était bien plus riche dans le précédent), dans une cabane-maison de plage totalement remplie à son effigie, c’est-à-dire de couleur jaune et en référence à sa mèche blonde. On aime retrouver tous ces petits détails qui font le côté loufoque de Brice.

mercredi 29 mai 2019

Le Signal

Auteur : Maxime Chattam
Editions : Albin Michel
Genre : Thriller, Horreur
Date de sortie : 2018
Nombre de pages : 752

Quatrième de couverture
La famille Spencer vient de s’installer à Mahingan Falls. Jusqu’ici, tout va bien. Un vrai paradis.
Si ce n’étaient ces vieilles rumeurs de sorcellerie, ces communications téléphoniques brouillées par des cris inhumains, ce quelque chose d’effrayant dans la forêt qui pourchasse les adolescents, et ce shérif complètement dépassé par des crimes horribles.
AVEZ-VOUS DÉJÀ EU VRAIMENT PEUR EN LISANT UN LIVRE ?
Mon avis

A mon grand… regret, oui c’est peut-être le terme, ce n’est QUE mon deuxième livre de Maxime Chattam. Celui-ci m’a tenté dès que je l’ai vu à sa sortie sur les réseaux sociaux alors qu’il sort totalement de mes lectures habituelles.

Et puis, je ne croyais pas les gens quand ils commentaient qu’ils ne parvenaient pas à le lire la nuit parce qu’il faisait réellement peur. Je pensais vraiment que les personnes étaient dans l’exagération et puis, arrive mon tour. Au début, tout va bien et cela renforce mon idée que « vraiment, les gens, ils abusent ». Vous la voyez venir la suite ? Effectivement, un soir, je suis tranquillement en train de lire dans mon lit quand une sueur froide vient couler dans mon dos. Ahah ! Dans ma tête, c’était exactement comme pour les films d’horreur, je ne me sentais même plus capable de me retourner dans mon lit de peur d’être attaquée et de subir la même chose que les personnages de Maxime Chattam.

La Vraie Vie

Auteure : Adeline Dieudonné
Editions : L’iconoclaste
Genre : Drame
Date de sortie : 2018
Nombre de pages : 276

Quatrième de couverture
   C’est un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. Chez eux, il y a quatre chambres. La sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents, et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. La mère est transparente, amibe craintive, soumise aux humeurs de son mari. Le samedi se passe à jouer dans les carcasses de voitures de la décharge. Jusqu’au jour où un violent accident vient faire bégayer le présent.
   Dès lors, Gilles ne rit plus. Elle, avec ses dix ans, voudrait tout annuler, revenir en arrière. Effacer la vie qui lui apparaît comme le brouillon de l’autre. La vraie. Alors, en guerrière des temps modernes, elle retrousse ses manches et plonge tête la première dans le cru de l’existence. Elle fait diversion, passe entre les coups et conserve l’espoir fou que tout s’arrange un jour.
Mon avis

Cette histoire, c’est une claque qu’on accepte de se prendre et que je trouve nécessaire. Dès qu’on lit les premières pages, une atmosphère étrange s’en dégage où, instinctivement et même sans avoir lu la quatrième de couverture, on sait qu’une catastrophe va survenir et mettre à mal un certain équilibre. C’était vraiment bizarre de ressentir cette sensation d’emblée, c’est comme le calme avant la tempête. Et effectivement, un drame a lieu (pas du tout celui auquel je m’attendais) et remet en cause l’existence plus ou moins paisible de deux enfants (bon en vrai, elle n’est pas du tout paisible).

mardi 21 mai 2019

Guy

Titre original : Guy
Réalisation : Alex Lutz
Genre : Comédie dramatique, Documentaire
Année : 2018
Durée : 1h41

Synopsis

Gauthier, un jeune journaliste, apprend par sa mère qu'il serait le fils illégitime de Guy Jamet, un artiste de variété française ayant eu son heure de gloire entre les années 60 et 90. Celui-ci est justement en train de sortir un album de reprises et de faire une tournée. Gauthier décide de le suivre, caméra au poing, dans sa vie quotidienne et ses concerts de province, pour en faire un portrait documentaire.
(Allociné)

Mon analyse

C’est grâce à une commande McDo que j’ai pu voir ce film donc merci McDo ! Je l’ai gagné sur Rakuten grâce à une vignette et parmi une sélection de films plus ou moins récents, j’ai immédiatement jeté mon dévolu sur Guy avec et d’Alex Lutz parce qu’il me tente énormément depuis sa sortie (mais je n’avais pas trouvé le temps). L’occasion était donc trop belle de ne pas me laisser aller aux appels de cette histoire. Alex Lutz a été récompensé du César du meilleur acteur pour ce film qui a aussi reçu le César de la meilleure musique originale (=double voire triple envie de le regarder). On peut placer ce film sous différentes catégories : (faux) film biographique, comédie dramatique ou encore comédie musicale.