vendredi 22 septembre 2017

Le plus bel endroit du monde est ici

Auteurs : Francesc Miralles et Care Santos
Editions : Pocket
Genre : Roman espagnol
Date de sortie : mai 2015
Nombre de pages : 192

Quatrième de couverture
Iris a 36 ans et des idées noires plein la tête : ses parents viennent de disparaître dans un tragique accident et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et gris, elle songe même à en finir. Son regard se pose alors sur la devanture d’un café auquel elle n’avait jamais prêté attention auparavant. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, éveille sa curiosité. L’intérieur est plus intrigant encore, comme sorti d’un rêve. Tout y semble magique, à commencer par Luca, bel Italien porteur d’une promesse : le bonheur.
Mon avis


J’ai acheté ce livre sur une brocante parce que le titre me plaisait bien. Les auteurs me sont totalement inconnus mais la tristesse du résumé de la quatrième de couverture m’a donné envie de le prendre.

Ce livre est émouvant parce qu’il nous montre que la mort n’est pas une fin en soi et dépassé le stade de la tristesse, c’est un véritable commencement. Alors on adhère à ces théories ou non, il n’en reste pas moins que chaque personne réagit différemment face au deuil. L’histoire est un peu cliché par son côté « tout est bien qui finit bien », ou qu’après la malchance et le malheur, l’inverse se produit… C’est vraiment ce qui me plaît le moins dans ce roman ; il y a trop de hasard chanceux pour Iris, ça sent le fake. Sinon, j’aime bien l’idée de magie et d’au-delà de cette histoire, je trouve que cela apporte de la douceur et de la « mignonnerie ».

Par contre, celui qui connaît la timidité peut vous assurer que le personnage d’Iris ne l’est pas du tout parce qu’elle est trop audacieuse d’un seul coup et qu’on n’arrête pas de l’être du jour au lendemain.

Il est aussi un peu question de développement personnel par l’idée qu’il faut laisser partir le passé pour trouver le bonheur et que ce même bonheur se traduit au présent. Les deux auteurs essaient de nous donner plein de pensées positives, même si cela peut être ressenti comme une énumération de proverbes sortis tout droit d’un livre sur les mantras. D’ailleurs (je dis d’ailleurs mais ce n’est pas en rapport avec le développement personnel), j’ai lu dans les « coups de cœur des libraires » du site de la Fnac, le commentaire de Juliette de Fnac Metz « Ce livre agit comme un bon chocolat chaud quand il fait froid, il est positif, il est... magique. » : cela résume totalement ce livre, il faut se laisser porter parce qu’il se laisse lire, sans prise de tête et avec un bon chocolat chaud si l’envie vous en dit.

Ce n’est pas le livre de l’année mais il est plein de tendresse. Je dirais que c’est un gentil petit coup de cœur ! Il m’a fait sourire et pleurer (peut-être parce que je l’ai lu à un moment difficile de ma journée). En tout cas, malgré ce trop plein de bonheur soudain (qui nous rend suspicieux) pour notre héroïne, c’est un beau roman avec une pointe de développement personnel.


« Elle l’approcha de son oreille et entendit, émerveillée, le puissant tic-tac de la vie. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire