vendredi 12 mai 2017

Margarita, with a Straw

Titre original : Margarita, with a Straw
Réalisation : Shonali Bose et Nilesh Maniyar
Genre : Romance
Année : 2014
Durée : 1h40

Synopsis

Une jeune Indienne atteinte d’infirmité motrice cérébrale part étudier à New-York où une rencontre amoureuse avec une militante aveugle va changer sa vie.

Mon analyse

Avant de commencer le film, le sujet m’était totalement inconnu puisque je n’avais pas lu le synopsis. Mais la miniature (sur Netflix) montrait une actrice que j’avais pu découvrir dans Yeh Jawaani Hai Deewani. Parfois, c’est sympa de se lancer dans l’inconnu.

Shonali Bose et Nilesh Maniyar nous offre un film indien qui n’est pas un Bollywood à proprement parler. On ne retrouve pas les chorégraphies systématiques ou de mises en scène musicales.

Laïla est une jeune handicapée qui n’a pas vraiment commencé à vivre, toutefois, elle le veut profondément. En découvrant l’amour, elle découvre son corps et le corps de l’autre. Mais sa première expérience la renvoie à elle-même puisque les sentiments ne sont pas partagés. En mettant de côté ses déboires amoureux, elle fait preuve d’une forte volonté d’indépendance et grâce à des parents (surtout sa mère) qui n’ont « peur » pratiquement de rien pour elle, elle part faire ses études à New-York. Elle perd ses repères et fait perdre ceux de sa famille. Quand on résume ce film, on comprend que la jeune femme a aimé les autres avant de s’aimer elle-même et elle ne trouve finalement le bonheur que lorsqu’elle y parvient. En cela, la scène de fin est très symbolique car Laïla n’a plus peur de la solitude et après un long parcours, elle a appris à s’aimer. C’est aussi l’histoire d’amour d’une femme avec une femme et d’une femme avec un homme. Ce fameux homme est incarné par William Moseley que je n’avais pas revu depuis Le Monde de Narnia.

C’est un film émouvant. Ce n’est pas du tout un film sur le handicap mais sur la découverte de soi et aussi sur l’acceptation de soi. De plus, j’aime beaucoup la complicité entre les deux jeunes femmes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire