samedi 29 décembre 2018

Voyez comme on danse

Titre original : Voyez comme on danse
Réalisation : Michel Blanc
Genre : Comédie 
Année : 2018
Durée : 1h28

Synopsis

Alors que Julien se sent suivi en permanence, ce qui exaspère fortement sa femme Lucie, leur fils Alex apprend qu’Eva, lycéenne de dix-sept ans, est enceinte de lui. Véro, la mère d’Eva, est quant à elle dans une mauvaise passe et se demande comment elle va pouvoir nourrir le futur enfant de sa fille. Elizabeth ne sait pas où est passé son mari, Bertrand. Elle voit par ailleurs sa maison perquisitionnée. Serena, la maîtresse de Julien, sent que ce dernier lui ment. Quant à Loïc, le fils ainé de Véro, il paraît être le seul élément stable…
(Wikipédia)

Mon analyse

Comme chaque mois, je vais voir le film qu’ils passent dans ma commune et pour celui de décembre, il s’agissait de Voyez comme on danse dont j’ai très peu entendu parler alors que le casting sur l’affiche fait envie.

Je suis une grande fan de l’acteur Jean-Paul Rouve (probablement depuis Nos Jours Heureux) et regarde beaucoup de ses films quand il est dedans (et même quand il en réalise). Je suis allée voir Voyez comme on danse avec d’autant plus de plaisir qu’il y avait d’autres acteurs (connus) que j’aime beaucoup : William Lebghil (peut-être pas le plus connu mais il me fait mourir de rire), Karin Viard (cette actrice est incroyable), Charlotte Rampling (qui a joué dans tant de films), Carole Bouquet ou encore Jacques Dutronc (et une petite apparition de Michel Blanc aussi).

J’ai appris entre temps que ce film est une suite à Embrassez qui vous voudrez toujours de Michel Blanc, elle se déroulerait quinze après. C’est bon à savoir même si ça n’apporte pas grand-chose étant donné que l’on peut très bien voir ce deuxième film sans avoir vu le premier.

Quand le film débute et que les personnages apparaissent, je les trouve nombreux voire un peu trop et quand c’est comme ça, j’ai « peur » de ne pouvoir m’attacher à tout le monde, un peu comme dans ces films où on raconte plein d’histoires de gens qui ne se connaissent pas forcément. Ici, ils se connaissent quasiment tous mais je ne vois pas trop l’intérêt parce que certains, les relations ne sont pas très bien définies.  Et puis, même quand on s’attache on se fait avoir.

C’est l’histoire de la vie (on n’est pas dans Le Roi Lion non plus), des couples se séparent, d’autres se retrouvent, quelqu’un tombe enceinte et il y a même une personne transgenre. Il y a des galères financières face à des personnes plus aisées, des jeunes et des plus vieux ou encore des gens qui s’espionnent. Bref, ce film, c’est une représentation de la vie tout simplement.


Je ne dirais pas que j’ai adoré mais j’ai passé un très bon moment (à rire surtout). Le titre me donne l’impression d’assister à un spectacle de marionnettes, des marionnettes de la vie de tous les jours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire