samedi 11 novembre 2017

Une fois dans ma vie

Auteur : Gilles Legardinier
Editions : Flammarion
Genre : Roman
Date de sortie : octobre 2017
Nombre de pages : 432

Quatrième de couverture
Trois femmes, trois âges, trois amies que les hasards de l’existence et les épreuves ont rapprochées dans un lieu comme aucun autre.
Trois façons d’aimer. Aucune ne semble conduire au bonheur.
Séparément, elles sont perdues. Ensemble, elles ont une chance. Accrochées à leurs espoirs face aux tempêtes que leur réserve le destin, avec l’énergie et l’imagination propres à celles qui veulent s’en sortir, elles vont tenter le tout pour le tout. Personne ne dit que ça ne fera pas de dégâts…
Mon avis


Après avoir plus ou moins apprécié Quelqu’un pour qui trembler de Gilles Legardinier, je me suis lancée dans Une fois dans ma vie car il était à la bibliothèque près de chez moi et pour être honnête, j’ai l’impression d’y avoir passée dix ans.

Demain j’arrête ! est un de mes coups de cœur de cette année. J’ai enchaîné avec Complètement cramé ! et Une fois dans ma vie est le quatrième roman de cet auteur que je lis. Il est différent de ceux à la couverture aux chats.

Avec ce livre, notre relation a mal démarré puisque j’ai mis plus de quatre jours à dépasser les cinquante premières pages… Comment vous dire que j’ai eu tellement de mal à entrer dans ce livre, au point que, plusieurs fois, je me suis demandée si je n’allais pas arrêter ma lecture. L’histoire est très longue à démarrer, on s’interroge même pour savoir s’il y a une histoire. La réponse est oui, bien sûr mais ce n’est pas si évident parce que Gilles Legardinier tente de mettre en place des personnages qui ont des problèmes et ne savent plus où ils en sont dans la vie. Toutefois, c’est trop… trop de questionnements sur eux-mêmes, sur leur vie personnelle et sur la vie en général. Mais quand je vous dis trop, c’est vraiment jusqu’à vous donner envie de sauter certains passages.

Pourtant, le reste est génial ! C’est drôle, c’est fin…  Certains personnages comme Juliette, Victor ou Olivier sont de véritables pépites et donnent des moments vraiment très drôles ! La folie de Juliette est celle que je préfère, cette fille a un grain mais on l’adore. D’ailleurs, elle me rappelle beaucoup l’héroïne de Demain j’arrête ! que j’avais adoré, de ce fait, c’est ma partie préférée. Quant aux enfantillages des deux acolytes, on en redemande tellement ils font du bien. MAIS la longueur vient tout gâcher.


Ce n’est pas un coup de cœur parce que c’était beaucoup trop long. J’ai presque envie de le comparer à Au Bonheur des Dames de Monsieur Emile Zola, en effet, l’histoire en elle-même est géniale mais le contour avec les descriptions sur le magasin sont particulièrement longues. Je me rends compte que le mot « longueur » m’est aussi apparu pour Belgravia de Julian Fellowes mais c’est autre chose puisque, ici, il se passe beaucoup de choses et ce sont juste les discours qui sont INTERMINABLES. Cependant, la fin de ma lecture m’a rendue triste parce que je quittais un univers attachant et des personnages drôles et touchants.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire