samedi 12 mai 2018

Les Goonies

Titre original : The Goonies
Réalisation : Richard Donner
Genre : Aventure
Année : 1985
Durée : 1h50

Synopsis

Astoria, automne 1985. Alors que les terribles Fratelli s'évadent de prison, Bagou, Choco, Data et Mickey, une bande de gamins, trouvent dans le grenier de ce dernier une vieille carte au trésor menant au pirate Willy le Borgne. Alors que leur quartier va bientôt être rasé par le promoteur Elgin Perkins pour être remplacé par un terrain de golf, les garçons décident de se mettre à la recherche du butin pour éviter la destruction des maisons. Bientôt rattrapés par Brand, le frère de Mickey, et deux amies, Steph et Andy, les « Goonies » suivant leur carte, arrivent et pénètrent dans un vieux restaurant en bordure de mer ; sans savoir que l'endroit est déjà occupé par les Fratelli en cavale, s'en suivra de la poursuite de leur aventure souterraine jusqu'au bateau pirate de Willy le Borgne et de son fameux trésor…
(Wikipédia)

Mon analyse

Après avoir vu mon article sur les films et séries que je n’ai jamais vus, une amie qui m'est très chère a décidé de me renier si je ne regardais pas Les Goonies sous peu et tout cela à base de « Steven Spielberg est mon Dieu » donc je ne pouvais pas faire autrement… ahah !


Le résumé du film ne me tentait pas de manière folle mais déjà, savoir que ce film a, en partie, inspiré la série Stranger Things (d’ailleurs, on y retrouve l’acteur Sean Astin qui joue Bob, enfant), ce détail a fini de me convaincre.

Ce sont des enfants qui décident de partir à la recherche d’un trésor mais sont poursuivis par des méchants. Mes a priori sur le film portaient sur le fait que c’était ennuyeux, trop gamin et que ça ressemblait au film Les Gremlins (qui me traumatisent encore un peu aujourd’hui), sans oublier le fait que je croyais qu’il s’intitulait Les Goodies. Bref, je ne partais pas avec les meilleures raisons de le regarder. Maiiis… peut-être serez-vous contents d’apprendre que mon avis a changé. J’ai passé un très bon moment en regardant ce film. Tous les enfants sont très attachants, surtout Choco qui m’a fait beaucoup rire ! Même les méchants sont des méchants en carton, ils me font penser à ceux de Maman, j’ai raté l’avion mais en bien plus idiots.

Comme dans tous les films avec des enfants, les adultes sont sourds à leurs problèmes et c’est quelque chose que j’ai toujours du mal à supporter (en vrai, je crois que ça me rappelle mon enfance) encore plus quand cela vient des parents ou de flics (là, on cumule les deux). Mais les enfants de ce film ont au moins des adolescents de leur côté. C’est d’ailleurs étrange de voir Josh Brolin jeune et c’est encore plus étrange de constater que jeune, il avait déjà une tête de vieux, ça m’épate.

Je suis aussi impressionnée par le fait qu’ils mettent des heures à ne pas faire grand-chose. Toutefois, j’apprécie le fait qu’ils se différencient tous entre eux en ayant chacun un caractère bien différent et parfois une répartie de fou. Bref, l’histoire en elle-même ne casse pas trois pattes à un canard mais la personnalité de tous les personnages fait la force du film. Ils sont tantôt bêbêtes, tantôt malins et tantôt (ou plutôt tout le temps) CRÉATIFS. Ces gamins sont des génies de la création, ils ont fabriqué des objets de folie pour leur âge, je trouve ça dingue… très compliqué pour pas grand-chose mais particulièrement ingénieux. Ils m’épatent ces gosses (ouais, c’est vrai, je jalouse leurs créations, ils ont une imagination débordante que j’aurais rêvé avoir plus jeune et encore maintenant).

Je vous parlais de Choco plus tôt mais j’aimerais un peu y revenir parce que ce gamin m’a fait beaucoup rire. C’est un petit garçon qui mange énormément, il est d’ailleurs un peu le stéréotype de l’enfant-boule qui ne peut pas s’empêcher de manger (il me fait penser à Augustus Gloop dans Charlie et la Chocolaterie). Le meilleur moyen de le réconforter est de lui donner de la nourriture mais c’est aussi un petit garçon qu’on pourrait qualifier de tolérant parce qu’il partage une passion commune pour le chocolat avec quelqu’un qui n’a pas un physique commun (et pour lequel, cette personne est rejetée par sa famille), et même s’il a peur dans un premier temps, c’est la nourriture qui les unit. En plus de me faire rire, ça me touche beaucoup en vrai. On devrait tous avoir le regard d'un enfant.


J’ai passé un bon moment en regardant Les Goonies, ce n’est pas mon film préféré de Steven Spielberg en tant que scénariste mais j’ai aimé à le découvrir. Les enfants m’ont surpris et m’ont fait rire, et comme quoi il faut toujours les écouter, ahah !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire