dimanche 6 août 2017

Un prof pas comme les autres 1 & 2

Titre original : Fack ju Göhte
Réalisation : Bora Dagtekin
Genre : Comédie allemande
Année : 2013
Durée : 1h59

Synopsis

Zeki Müller, petit escroc, sort de prison avec pour seul but de retrouver un butin qu’il a enterré. Le problème est que depuis, un gymnase s’est construit au-dessus. Afin de  récupérer son argent, Zeki n’a pas d’autre choix que de se faire embaucher comme enseignant suppléant dans l’école dont dépend le gymnase. Il devient ainsi le pire enseignant de tous les temps. La nuit, Zeki creuse secrètement ; la journée, il utilise des méthodes peu orthodoxes pour amener des élèves indisciplinés sur la bonne voie. Cette approche pédagogique est condamnée par sa collègue Lisi, enseignante peu respectée qui va trouver en Zeki, non seulement un allié mais également une personne douée d’une certaine intégrité morale.
(Allociné)

Mon analyse


J’avais vu quelques extraits à la télévision avant qu’il ne passe le soir de sa diffusion et malgré quelques soucis avec ma télévision le soir même, je me suis lancée dans ce film sans savoir ce qui m’attendait, et quelle ne fut pas ma surprise de bien me marrer devant ce film.

C’est un mélange entre Esprits Rebelles (avec Michelle Pfeiffer), Sister Act 2 (avec Whoopi Goldberg) et Bad Teacher (avec Cameron Diaz). Les deux premiers pour les élèves et le dernier pour la prof qui n’est pas prof à la base et qui s’en fout de ses élèves (même si une de ces modalités fonctionne aussi pour Sister Act 2). Toutes les conditions sont remplies pour que ce film me plaise.

Le personnage de Zeki Müller est le professeur qui n’en est pas un, qui est ignoble avec tout le monde, mais qui a quand même un grand cœur et aussi qui est super sexy (voilà, je l’ai dit !) On a franchement envie de le frapper au début du film. Et puis, il se retrouve confronté à une collègue qui ne se laisse pas faire et qui ne cautionne pas certaines de ses méthodes pas très orthodoxes mais pourtant, elle n’hésite pas à le suivre dans ses idées farfelues. Et de la même manière qu’elle, on finit par l’apprécier. Il en va de même de ses élèves à qui il parvient à imposer le respect. D’ailleurs, ses élèves sont aussi ignobles que lui mais quand ils deviennent doux comme des agneaux, on ne peut que les aimer. Pour ce qui est de la directrice, on aimerait tous avoir la même.

Certains personnages sont des archétypes d’eux-mêmes. Ainsi, la collègue de Zeki Müller, Lisi Schnabelstedt représente typiquement la prof qui essaie d’être cool avec ses élèves mais qui ne sait pas juger les situations d’urgence et qui a une vie amoureuse désastreuse (au point de faire des gaffes monumentales). Toutefois, c’est elle qui aide le « méchant » et le soutient. Quant aux élèves, on a le sportif qui n’est pas très intelligent, l’intello un peu coincée, la blonde qui préfère se maquiller à tout le reste ou encore la meilleure amie qui n’a pas non plus sa langue dans sa poche.

J’ai rigolé en voyant une tête qui ne m’était pas inconnue et sortait tout droit du feuilleton (cela fait vieux mais le terme me semble bien approprié) Le Destin de Lisa que je regardais adolescente et où j’ai prié pour que Lisa épouse David mais là c’est une autre histoire. Cette tête est celle de Hannah, la jeune styliste, que vous reconnaîtrez si vous suiviez le feuilleton.


Ce film est un coup de cœur ! Je comprends son succès en Allemagne, on se laisse vite emporter par tous ses personnages loufoques. C’est certes un peu grossier mais tellement rafraîchissant.


💼💼💼


Titre original : Fack ju Göhte 2
Réalisation : Bora Dagtekin
Genre : Comédie allemande
Année : 2015
Durée : 1h55

Synopsis

Zeki Müller s'occupe toujours de la 3e B, mais aimerait bien pouvoir quitter son poste. Lisi essaye de le maintenir dans le droit chemin et de le convaincre de rester, et de s'impliquer dans un voyage scolaire. Ce qui ne l'intéresse absolument pas... jusqu'au jour où des diamants qu'il a cachés dans une peluche se retrouvent envoyés en Thaïlande. Voilà que s'organise un voyage là-bas et Zeki se retrouve seul à devoir gérer ses élèves, tout en devant retrouver ses diamants.
(TV-Mag)

Mon analyse


Puisque Un prof pas comme les autres 2 passait à la télévision juste après le premier, j’ai continué à me laisser bercer par ce prof atypique, ses élèves et sa collègue/petite amie.

Cette fois, Zeki se retrouve seul avec ses élèves en Thaïlande. Il avait déjà du mal à les gérer dans leur lycée en Allemagne, alors dans ce pays asiatique, ils sont quasiment livrés à eux-mêmes.

Dans ce deuxième volet, la collègue devenue petite amie Lisi Schnabelstedt est moins présente et c’est bien dommage, je trouve que, dans le premier film, le couple faisait toute la magie de l’histoire. L’autre élément qui m’échappe, c’est qu’on quitte des élèves devenus quelque peu disciplinés, ou du moins qui ont l’envie de s’en sortir. Mais on les retrouve encore plus rebelles que dans le premier, ce qui ne paraît pas très logique. D’ailleurs, plusieurs éléments ne le sont pas. Ainsi, le prof et ses élèves se retrouvent confronter à des orphelins soi-disant pauvres qui parviennent tout de même à les attaquer avec des jets ski… c’est un peu incohérent et quand ils construisent un orphelinat… ils ne montent qu’un toit. A l’inverse, la scène où les élèves récupèrent leur portable et voient les messages de leur proche est très émouvante. Et au final, ils font tout pour s’aider les uns les autres et Zeki redevient le « bon » prof. Toutefois, on s'y attend quelque peu.


J’ai moins aimé ce deuxième film et pourtant, j’ai tout de même bien ri. Les situations étaient parfois loufoques voire impossibles mais on passe encore une fois un bon moment



Sur ce, je vous laisse avec Zeki (😍)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire