dimanche 29 avril 2018

Dangal

Titre original : दंगल
Réalisation : Nitesh Tiwari
Genre : Action, Biographie, Sportif
Année : 2016
Durée : 2h46

Synopsis

Mahavir Singh Phogat rêvait d'être lutteur professionnel et de remporter une médaille d'or pour l'Inde, mais a été contraint d'arrêter. Il place alors tous ses espoirs sur le fils qu'il aimerait avoir. Après la naissance de sa quatrième fille, il baisse les bras. Un jour, une mère vient se plaindre que ses fils ont été passés à tabac par les deux filles aînées de Phogat. Il découvre alors chez elles l'amour du combat, et décide de les entraîner à son sport de prédilection.
(Wikipédia)

Mon analyse

Je vénère Aamir Khan ! Hum… pardon, qu’est-ce qu’on disait ? Ah oui j’ai regardé ce film pour Aamir Khan c’est vrai mais aussi un peu pour son synopsis et maintenant, je suis heureuse de l’avoir fait après avoir appris qu’il s’agissait d’une histoire vraie. Toutefois, j’étais partie avec une fausse idée, je vous en parle après.

Ce film m’a épaté sur différents critères. Déjà, l’histoire en elle-même : un ancien lutteur qui n’a pas eu de fils décide d’entraîner ses deux filles aînées pour qu’elles deviennent lutteuses professionnelles tout en mettant son rôle de père de côté et en étant encore plus dur qu’un entraîneur peut l’être parce que, justement, ce sont ses propres filles.

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai débuté ce film en me disant que le père ferait passer ses filles pour des garçons et dissimulerait aux autres qu’elles ne sont pas des garçons pour devenir professionnelles. Il faut dire que je ne savais pas à quelle époque le film allait se dérouler. Bref, je trouve cela encore plus… génial qu’elles le fassent sous leur véritable identité parce qu’elles y arrivent d’elles-mêmes.

Sous une discipline de fer, elles commencent un entraînement difficile pour des fillettes et à des heures très matinales. On souffre pour elles et on se dit « mais quelle torture, le père [joué par Aamir Khan] n’est vraiment pas sympa, il abuse, ce ne sont que des petites filles ». Mais arrive un évènement qui nous rappelle qu’en Inde, ce qu’elles sont en train de vivre, c’est un mal pour un bien. En effet, en allant au mariage d’une de leur camarade de classe, cette dernière leur rappelle qu’elles ne seront pas mariées à quatorze ans à un homme qu’elles ne connaissent pas et n’auront pas une vie à faire des enfants et à s’en occuper ainsi que de leur maison. Elle leur fait comprendre que c’est une chance et que leur père leur donne la possibilité d’accomplir quelque chose de différent et de vivre « pleinement » leur liberté. J’ai trouvé ce passage très important et très troublant quand on connaît la réalité en Inde. Cette scène marque aussi un changement dans l’attitude des deux fillettes qui comprennent ce qu’il leur reste à faire.

Et puis vient le moment du « un garçon c’est plus fort qu’une fille » et à coup de luttes acharnées (c’est le cas de le dire), elles lèvent tous les préjugés et vont au-delà des espérances du père. Je vous raconte tout ça parce qu’elles m’ont beaucoup touchées ces deux petites filles, devenues jeunes femmes au fil du film, dans leur quête d’avoir une vie meilleure et de ne pas décevoir leur père. Elles réalisent aussi quelque chose que leur propre mère ne pourra jamais faire : être libre et se rebeller (un peu).

Vous l’aurez aussi compris, il y a beaucoup de scènes de luttes dans ce film et pourtant, à chaque combat, on sert le poing dans l’espoir qu’elles gagnent même si le sport en lui-même ne nous intéresse pas forcément. D’ailleurs, je trouve ces scènes assez spectaculaires et ça me donne envie de vérifier si les actrices qui jouent les filles (autant quand elles sont petites que quand elles sont grandes) ne sont pas des lutteuses professionnelles. [Et après vérification, il semblerait que non.]

Quant à la fin, elle vous met les larmes, on ne va pas se mentir, surtout quand résonne un certain air (mystère mystère). Et c’est encore plus incroyable de se dire que c’est tiré d’une histoire vraie et que les véritables lutteuses sont les premières de leur pays. C’est dingue !


J’ai beaucoup aimé ce film, ce n’est pas un Bollywood traditionnel avec les danses mais les musiques sont fortes et symbolisent bien le film. En ce qui concerne Aamir Khan, il nous confirme encore une fois qu’il est un très grand acteur. Il a su me conquérir et à me faire regarder un film sur le sport, ahah ! Lui qui est toujours tout en muscles, il a su prendre beaucoup de poids (pour les reperdre après) et nos quatre actrices ont su sacrifier leurs longs cheveux pour réaliser une performance incroyable.


geeta phogat woman power GIF

1 commentaire:

  1. On los movies DANGAL is a masterpiece. A terrific film that stays in your heart and remains etched in your memory much after the screening has concluded. A brilliant film that restores your faith in Hindi cinema. Actually, it won't be erroneous to state that DANGAL is the finest film to come out of the Hindi film industry in a long, long time and mark my words, it will be remembered as a classic in times to come. It blends drama, emotions, sportsmanship and patriotism extraordinarily… the icing on the cake being Aamir Khan's towering act. This rich-in-merits film has a major advantage too -- the holidays ahead Christmas and New Year -- which will ensure a glorious run at the ticket counters. A must, must watch!
    See more
    pitch perfect 2 full movie online free
    solarmovie the flash
    hercules putlocker

    RépondreSupprimer