samedi 12 mai 2018

La vie est facile, ne t'inquiète pas

Auteure : Agnès Martin-Lugand
Editions : Pocket
Genre : Roman
Date de sortie : 2016
Nombre de pages : 256

Quatrième de couverture
Rentrée d’Irlande, Diane est bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de son ami Félix, elle s’est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C’est là, aux « Gens heureux lisent et boivent du café », son havre de paix, qu’elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné, et, surtout, il comprend son refus d’être mère à nouveau. Car elle ne peut se remettre de la perte de sa fille.
Bientôt, un évènement inattendu va venir bouleverser les certitudes de Diane quant à son choix, pour lesquels elle a tant bataillé.
Aura-t-elle le courage d’accepter un autre chemin ?
Mon avis

Comment vous exprimer mon amour pour Les Gens heureux lisent et boivent du café ? Peut-être en vous disant que je suis amoureuse de cette histoire parce qu’elle est triste, émouvante et drôle ou qu’elle a une suite qui l’est tout autant. J’adore lire les « aventures » de Diane et je peux vous dire qu’en refermant ce second volume, j’étais particulièrement triste : triste de quitter ces personnages qui m’ont touchés au plus profond. Je les aime, voilà c’est dit.

Dans La vie est facile, ne t’inquiète pas, on retrouve notre Diane en bien meilleure forme dans son café littéraire auprès de Félix (qui n’a pas changé d’un iota). Notre héroïne prend les rennes de sa vie et après la stabilisation de son existence, elle se laisse couler dans sa nouvelle relation avec Olivier.

C’est la partie tranquille de cette chronique, maintenant je vais spoiler /!\ [ALERTE SPOIL] Olivier est gentil certes, il fait tout pour aider Diane à continuer de se reconstruire maiiis il est gnangnan, il ne provoque pas de petite étincelle, il est trop clean et trop prévenant. Il est pourtant TOUT ce que j’aime chez un personnage masculin. Toutefois, quand on a fait la connaissance d’Edward… OH MON DIEU ! Comment vous dire que la comparaison n’est pas possible ! Edward est génial et provoque autant de sentiments chez Diane que chez moi. Ahah ! Il est bougon, grognon, pas facile à vivre, un peu rancunier MAIS on l’aime notre Edward parce qu’il sait être terriblement attentionné et passionné. [FIN DU SPOIL]

On s’attache à tous les personnages : du plus ancien au plus nouveau et on aimerait tous les serrer dans nos bras parce qu’ils le méritent. Je suis émue de les quitter et n’hésiterais pas une seconde à lire un nouveau livre où l’auteure nous raconte que tout va bien désormais dans la vie de Diane.

Ah sacrée Diane ! Elle me fait adorer l’Irlande et ses paysages alors que je n’y suis jamais allée. J’aime avoir froid avec eux et respirer à plein poumon face à la mer ou même boire une Guinness. Bon les personnages fument toujours autant dans ce roman au point que cela en devient étouffant par moment. Mais paradoxalement, les moments où ils sortent fumer dehors apportent aussi une sorte de bouffée d’oxygène (vous voyez le paradoxe ?) parce que souvent, ces personnages sortent pour, avant tout, se changer les idées des tracas qui les pourchassent.

J’ai découvert Agnès Martin-Lugand grâce à Les gens heureux lisent et boivent du café et après trois romans que j’ai énormément appréciés, il est probable qu’elle entre dans mon top 10. Son style d’écriture me plaît beaucoup et me fait passer par de multiples émotions.


Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti une telle excitation de lire un livre. Vous voyez ce sentiment d’avoir du mal à refermer un bouquin et de ne penser qu’à lui pendant qu’on fait autre chose ? L’auteure a su me provoquer cette sensation autant dans le premier et dans ce deuxième livre. C’est un coup de cœur, bien évidemment et même si je me répète, je suis terriblement triste de devoir quitter tous ces personnages qui m’ont fait rire et pleurer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire