dimanche 31 mars 2019

Les mondes de Ralph

Titre original : Wreck-It Ralph
Réalisation : Rich Moore
Genre : Film d’animation
Année : 2012
Durée : 1h48

Synopsis

Dans une salle d’arcade, Ralph la casse est le héros mal aimé d’un jeu des années 80. Son rôle est simple : il casse tout ! Pourtant il ne rêve que d’une chose, être aimé de tous…
Vanellope Van Schweetz quant à elle, évolue dans un jeu de course, fabriqué uniquement de sucreries. Son gros défaut : être une erreur de programme, ce qui lui vaut d’être interdite de course et rejetée de tous…
Ces personnages n’auraient jamais dû se croiser… et pourtant, Ralph va bousculer les règles et voyager à travers les différents mondes de la salle d’arcade pour atteindre son but : prouver à tous qu’il peut devenir un héros… Ensemble, arriveront-ils à atteindre leurs rêves ?

Mon analyse

[J’ai l’impression d’être le lapin dans Alice au pays des merveilles tellement je suis en retard dans mes chroniques… J’ai vu ce film il y a plusieurs mois, il faut maintenant que je fasse remonter tous mes souvenirs. Pourquoi me suis-je donnée le défi de chroniquer tout ce que je regarde et lis ? Why ? Bon, finis les jérémiades, let’s go !]

Je n’avais pas été particulièrement enthousiaste à la sortie de la bande-annonce alors que je suis les Disney avec beaucoup d’intérêt. Celui-ci ne me tentait pas outre mesure. A la sortie de Ralph 2.0, ils ont passé ce premier film à la télévision et c’était le meilleur moyen de m’en faire une idée. Pour vous le dire tout de suite : c’était pas foufou mais c’était très sympa.

Déjà, j’adore le principe que l’on puisse se retrouver au cœur même de jeux d’arcade. Depuis Toy Story, je ne sais pas vous mais on est tous curieux de savoir ce qui se passe une fois que l’on a arrêté de jouer. Toy Story a été hyper innovateur à ce niveau (d’ailleurs, bientôt Toy Story 4 ). Je trouve que Vice-versa entre un peu dans cette même catégorie de connaître profondément les choses derrière le visuel de base (you know what I mean ?) et que les conséquences nous atteignent nous les humains.

Revenons à Les Mondes de Ralph : on est face à un méchant qui ne veut plus l’être parce qu’il ressent une profonde solitude. On lui accorderait le droit de faire la fête avec les gentils s’il parvient à remporter une médaille et à prouver qu’il n’est pas qu’un être destructeur mais qu’il a bon fond. C’est à partir de là qu’il se retrouve à explorer différents jeux d’arcade jusqu’à rencontrer Vanellope, une petite fille adorable mais exubérante qui est rejetée par les autres parce qu’elle a un bug. A partir du moment où elle apparaît (et ça vient plus ou moins rapidement), on se demande pourquoi ça s’appelle Les Mondes de Ralph et n’a pas de lien avec Vanellope alors qu’ils forment un duo qui détone et qu’on adore, et qu'elle est autant l'héroïne que Ralph est le héros.

Le jeu d’arcade où la petite se trouve est un monde de bonbons en mode Candy Crush (même si c’est un jeu de courses de voiture) et le visuel est juste incroyable.


C’est mignon et enfantin mais certaines répliques m’ont bien fait rire, surtout quand c’est Vanellope qui s’exprime (cette gamine est incroyable). J’ai bien aimé ce Disney et même si ce n’est pas mon préféré, on passe un très bon moment. Je suis maintenant d’autant plus curieuse de regarder Ralph 2.0 (même s’il n’y a toujours pas le nom de Vanellope) parce que d’après les extraits, on y voit les princesses Disney toutes réunies et en action. J’ai très envie de découvrir cela. Quant à Les Mondes de Ralph, il se déguste comme un bonbon tendre et un peu acidulé.

1 commentaire:

  1. J'adore tous les films et je les regarde ici gratuitement https://skstream.tube/ J'aime ce site et vous pouvez le trouver vous-même là-bas, ça vaut le coup je vous le dirai

    RépondreSupprimer