vendredi 14 juin 2019

Fark West

Auteur : David Gallais
Editions : 404 Editions
Genre : Science-Fiction, Fantasy
Date de sortie : 2019
Nombre de pages : 320

Résumé
Rubens n’est pas taillé pour la vie sur Fark : trop maigre, trop faible pour ce caillou déserté qui n’abrite que les rebuts de la société. Alors, que vient-il faire sur cette planète malfamée ? Accroché comme un naufragé à sa sacoche, il vient s’associer à Phyne et de son équipe de mercenaires hauts en couleur. Mais quel est le véritable enjeu de sa venue ? Une chose est sûre, Rubens ne sera plus le même après son passage sur Fark ! Embarquez pour une virée spatiale palpitante que vous n’êtes pas prêt d’oublier !
Mon avis

D’abord charmé par sa couverture et son résumé mélangeant Far West et Science-Fiction, je suis encore plus agréablement surprise par son histoire. Je ne m’attendais pas du tout à cela (avant même de commencer, j’avais déjà fait mes spéculations sur le pourquoi du comment) mais j’ai passé un bon moment en compagnie de Rubens, et de Phyne & sa bande.

Gros point positif qui fait la qualité de ce livre : on est toujours en action, tout au long de l’histoire, il n’y a pas de répit et on n’a clairement pas le temps de s’ennuyer (c’est ce que j’apprécie, comme dans Phantom Wheel de Tracy Deebs).

Avec le personnage de Rubens, je suis passée par différents degrés d’appréciation… Au début, je l’appréciais bien avec son petit côté totalement décalé par rapport à Fark, puis son courage fuyant, mon avis changea aussi. Et alors, en ce qui concerne la raison qui l’amène sur Fark, j’étais purement et simplement déçue. Déjà que je ne le trouvais pas valeureux mais là, il m’a semblé encore plus… pitoyable. Ce n’est vraiment pas un héros mais plutôt un anti-héros, il n’a rien qui peut faire de lui un gentil (un petit peu quand même) ou un méchant (il l’est au début), il est entre les deux. Toutefois, (ben oui il faut bien que j’y mette de la contradiction, c’est un principe de base) je le trouve réellement indispensable au groupe qu’il forme avec les autres (même si, on ne va pas se le cacher, cet homme est un boulet, ahah, avec néanmoins, pas mal de ressources).

J’aurais aimé qu’il n’y ait pas de telles conséquences pour toute l’équipe de Phyne à cause de l’erreur (bidon) d’un seul homme mais en y réfléchissant bien, on en apprécie que davantage les personnages suivis depuis le début. D’ailleurs, (et peut-être, vous êtes-vous fait la même réflexion si vous l’avez lu) ils me font penser à des personnages présents dans d’autres œuvres, et plus particulièrement, « Les Gardiens de la Galaxie ».

Pour être tout à fait honnête, je me suis très bien imaginée cette histoire comme étant une des aventures des Gardiens de la Galaxie. En comparaison, ce sont un peu tous des rebus de la société qui se retrouvent sur une planète « étrangère ». Et puis, franchement, même si ce n’est pas le même animal, Alfred me fait ÉNORMÉMENT penser à Rocket (je ne me le suis pas imaginée autrement… merci imagination). J’ai adoré me faire cette comparaison même si elle n’est que personnelle.


Il y fait chaud, très chaud sur cette planète mais on ne s’enlise pas dans cette chaleur, on se laisse porter, c’est rythmé, rempli d’aventures et surtout très original. L’auteur m’a totalement emporté dans son monde. Ma légère déception vient du fait que Rubens ne soit pas le héros auquel je m’attendais (personne n’est parfait et puis, je n’ai pas l’habitude de lire des histoires d’anti-héros, il faut le dire) et que certains personnages ne sont pas assez poussés. L’histoire en aurait été encore meilleure. Cependant, j’ai passé un très bon moment sur Fark. S’il y a une suite, je la lirais avec beaucoup de plaisir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire